Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

BOIS PRECIEUX | Création d’une collection



La Grande Ile s’attelle à la mise en place d’une collection de référence pour l'identification de ses bois de rose, palissandres et ébènes à travers le projet « PEER 4/477 Madagascar » dont la coordination est assurée par Dr Bako Harisoa RAvaomanalina. L’initiative a été présentée au public ce 18 décembre 2020 à la Xylothèque de l’Université d’Antananarivo.

Les bois précieux de Madagascar, représentés par les genres Dalbergia (bois de rose et palissandre) et Diospyros (bois d’ébène), sont actuellement très recherchés sur les marchés d’ici et d’ailleurs aussi bien pour leurs  qualités esthétiques que pour leurs possibilités d’utilisations diverses, telles que la menuiserie fine. 

Suite à la hausse significative de la demande et à leur exploitation abusive, ces espèces ligneuses sont aujourd’hui menacées d’extinction. Ces espèces sont pourtant  inscrites dans l’Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) depuis 2013. Et Madagascar s’est engagé à identifier les principales espèces les plus valorisées et les plus menacées, pour élaborer des méthodes d’identification facile et fiable afin de faciliter la mise en application de la CITES. 

Pour cela, le développement d'un outil d’identification fiable est requis, notamment par la mise en place d’une collection de référence complète et bien documentée des espèces de Dalbergia et de Diospyros. C’est pour ce faire que Madagascar a obtenu un financement de l’USAID pour le projet intitulé « Mise en place d’une collection de référence pour l’identification des bois de rose, palissandres et ébènes de Madagascar ».

Le partenariat avec l’organisme américain est prévu durer deux ans et l’objectif principal de ce projet consiste à développer des collections de référence pour les spécimens. Il s’agira aussi de finaliser les systèmes d'identification anatomique existants en incorporant les résultats de l'analyse réalisée avec les chercheurs américains Drs Wiemann et Hermanson de l’USDA  et réduire le risque d'extinction des espèces en favorisant leur conservation in-situ par enrichissement dans leur milieu naturel dans quatre Aires Protégées.

Le Consortium des bois précieux de Madagascar (Faculté des Sciences et le Département Eaux et Forêts de l’Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques de l’Université d’Antananarivo) ainsi que le Missouri Botanical Garden Madagascar sont en première ligne pour la réalisation du projet. 

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.