Actuel Directeur Exécutif du Fonds Monétaire International (FMI) pour l’Afrique, Aivo Andrianarivelo a confié avoir toujours été fasciné par le monde de la finance. Et à travers ses lectures de jeunesse, il s’était fixé le but de devenir un jour un expert en en la matière. Il étudiera alors l’économie pour ensuite décrocher un stage à la Banque Centrale de Madagascar. A la fin de la crise politique de 1991, le contexte va le pousser à chercher du travail. Et comme il fallait s’y attendre, c’est à la porte d’une banque qu’il va frapper.

« J’ai participé activement à la première installation et mise en place de l’Union Commercial Bank à Madagascar, pour cela, j’ai assuré la mise en place du système de rapport périodique avec les autorités monétaires et les états financiers de la banque au département comptabilité », se souvient-il. Des décennies après, il « nage toujours dans ce vaste océan de la finance ». Il va passer d’un secteur à un autre.

D’abord la banque, puis une ONG internationale, le Catholic Relief Services. Il intégrera ensuite le Fonds de Portage et de Privatisation, une société anonyme de gestion et de vente d’action pour le compte du gouvernement malagasy. Et, finalement, ce sera le Fonds Monétaire International. 

Naturellement, les responsabilités ont significativement évolué. Ayant démarré en tant que un simple agent de banque, il est parvenu à rejoindre l’Exécutive Management de l’une des plus puissantes institutions financières de la planète. A savoir qu’il est aussi membre du Conseil d’Administration du FMI en tant qu’administrateur représentant 23 pays du groupe II Afrique. « Un autre défi dans un monde où tout a changé avec la crise du Covid-19, une double crise sans précédent, sanitaire et économique », a-t-il commenté. 

Titulaire entre autres d’une Maitrise en science économique de l’Université de Toamasina, Aivo Andrianarivelo possède aussi un certificat délivré par City Bank of New York. On sait en outre qu’il a suivi une formation sur le SWIFT et le marché monétaire pour être cambiste de la banque qui l’employait à l’époque de l'ouverture du Marché Interbancaire de Devise (MID) à Madagascar.