Le groupe audiovisuel français, qui opère à Madagascar depuis les années 1990, a choisi de s’allier avec l’association Union Africaine des Radiodiffuseurs (UAR) pour renforcer ses actions de lutte contre le piratage audiovisuel dans la région. C’est à travers sa branche dénommée Canal+ International que le partenariat sera matérialisé.

Selon Canal+, l’UAR est un partenaire de choix, en tant qu’acteur majeur de l’audiovisuel dans la région pour la diffusion de chaînes de télévision, de radios et l’acquisition de droits sportifs, dans la perspective d’intensification du combat contre toute diffusion non autorisée des contenus pour lesquels ils détiennent les droits.

La Direction de la Protection des Contenus de Canal+ International qui a soutenu que le piratage coûte chaque année plus de 180 millions d’euros au secteur en Afrique subsaharienne francophone. Et cette structure de citer en premier lieux les diffuseurs qui ne payent aucune charge (droit d’auteur, droit de diffusion, taxes, redevances etc.). Selon Canal +, c’est toute une chaîne de valeur qui pâtit du piratage, du distributeur, à l’éditeur, au producteur, jusqu’aux artistes et techniciens. 

Grégoire Ndjaka, Directeur Général de l’UAR, a affirmé pour sa part que la prochaine CAN TotalEnergies, Cameroun 2021, sera en quelque sorte un test grandeur nature pour les alliés dans cette lutte commune. La compétition est diffusée dans la région en langue française sur les chaînes payantes Canal+ Sport et dont l’UAR commercialise les droits « free-to-air ».

Il a aussi été indiqué que la contrefaçon sur Internet prend e l’ampleur avec le développement de la fibre et la baisse du coût de la donnée. Elle se dissémine sur tous les supports (sites de streaming ou de téléchargement, réseaux sociaux, applications IPTV etc…).