Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

« UN AIR DE KORA » | Aina Randrianatoandro à la critique



La critique du film « Un air de Kora » de la réalisatrice Angèle Diabang, distribué par la société Sudu Connexion, écrite par Aina Randrianatoandro, est disponible sur le site de No'o Cultures. Madagascar Newsroom vous partage un extrait de l’article.

« On connaissait jusqu’alors la cinéaste sénégalaise Angèle Diabang par son talent à peindre avec réalisme les aspects de la condition féminine au Sénégal tant dans ses documentaires « Mon beau sourire » (2005), « Sénégalaises et Islam » (2007) que dans son premier pas dans la fiction « Ma coépouse bien-aimée » (2019). Tandis que « Mon beau sourire » nous montre le douloureux rite initiatique du tatouage des gencives auquel sont soumises les femmes sénégalaises, « Sénégalaises et Islam » expose leur façon de vivre la religion musulmane. « Ma coépouse bien-aimée » aborde quant à elle, le thème de la polygamie.

Avec « Un air de kora », une fiction de 24 minutes réalisée en 2019, sa dernière réalisation primée dans divers festivals de cinéma, Angèle Diabang se montre plus que jamais fidèle à son style. Mieux, au-delà de montrer une jeune femme écrasée par le poids de la tradition, la réalisatrice livre une histoire d’amour aussi originale qu’impossible.

Dès les premières images du court métrage, on s’attache à Salma, une jeune musulmane voilée qui dodeline de la tête en regardant son père musicien jouer de la kora. Elle aimerait aussi jouer de cet instrument de musique, mais il est de coutume que seuls les hommes y ont droit.

Ce poids écrasant de la tradition est davantage amplifié dans une autre séquence où la femme est réduite à ses marmites. Tandis que Salma cherchait à toucher à la kora à l’abri des yeux de son entourage, elle se fit appeler par sa mère qui lui demanda de l’aider à la cuisine, essuyant par la suite des reproches sur sa manière de faire. « A ton âge, j’étais excellente cuisinière et déjà mariée », lance sa mère qui perpétue à volonté l’image traditionnelle de la femme idéale : une épouse apte à s’occuper de la maison et à satisfaire son mari.

En tant qu’histoire d’amour, « Un air de kora » respecte la convention de la rencontre. Ce n’est pas un cliché, il s’agit d’une convention inhérente au genre. Le cliché serait que les individus se rencontrent de la manière dont les couples des histoires d’amour se rencontrent toujours. Et c’est là que le film se démarque vraiment par son originalité. A commencer par les circonstances de la rencontre. Un jour, alors que Salma va chercher la kora de son père au monastère, un moine lui offre l’opportunité de prendre secrètement des cours avec le frère Manuel, moine de Keur Moussa à 50 kilomètres de Dakar réputé ingénieux dans l’art de fabriquer et de jouer la kora ».
Tags

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.