Vendredi dernier, la délégation malagasy, composée du ministre des Affaires étrangères, Tehindrazanarivelo Djacoba A. S. Oliva, du ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, du ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, et des fonctionnaires de ces ministères, a participé au Conseil des ministres virtuel de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).


Selon le communiqué du ministère des Affaires Etrangères, la réunion a été l’occasion de discuter d’une liste restreinte de questions visant à faire progresser la coopération, l'intégration et le développement socio-économique de la région.

A ce titre, la réunion du Conseil des ministres a permis d’examiner, entre autres, la situation de la Covid-19 dans la région, le plan de mise en œuvre du Plan stratégique indicatif de développement régional (RISDP 2020-30), la gestion des risques de catastrophes et la réponse aux catastrophes au niveau régional, la proposition de transformer le Forum parlementaire de la SADC en un Parlement.

Les participants se sont également penchés sur l'état d'avancement de la ratification de la Zone de libre-échange continentale de l'Afrique (ZLECAf) et de l'Accord tripartite de zone de libre-échange (ZLET) COMESA-EAC-SADC, et la question des îles malagasy Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India. Les pays membres de la SADC ont alors réitéré leur soutien à la République de Madagascar dans sa quête pour la restitution des îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India en vue de parachever le processus de décolonisation du pays.

A l’issue cette rencontre virtuelle, des décisions ont été adoptées dont celle relative à la levée progressive des restrictions quant à la tenue des réunions en présentiel au niveau de la région de la SADC, en fonction de l’évolution de la pandémie de Covid-19. Il sied de noter que le Conseil des ministres est une institution énoncée à l'article 11 du Traité de la SADC. Cette structure est notamment chargée de superviser le fonctionnement et le développement de la SADC, d'approuver ses politiques, ses stratégies et ses programmes et de conseiller le Sommet des Chefs d'État et de gouvernement sur les questions de politique générale.