Le technicien français Nicolas Santucci, passé par la RDC, l'Egypte, le Soudan, la Mauritanie, l'Ethiopie ou encore la Guinée, est aujourd’hui l’une des pièces maitresses du projet footballistique mis en route à Madagascar par le JET Kintana, un jeune club/académie mais avec de grandes ambitions.


Associé à plusieurs projets sur le continent africain ces quinze dernières années, Nicolas Santucci, l’ancien gardien de but formé au CS Louhans-Cuiseaux, est surtout connu pour son succès de collaboration avec Patrice Neveu, le sélectionneur des Panthères du Gabon qui vient de qualifier ces derniers à la CAN 2022. « L'Afrique a souvent été au cœur de ses pérégrinations, lui qui était constamment dans l'envie de transmettre tout ce qu'il avait pu apprendre et emmagasiner en terre bressane et ailleurs », a souligné un média hexagonal qui a brossé son portrait récemment.

Nicolas Santucci peut maintenant se targuer d’un parcours de technicien de haut niveau. Mais l’homme préfère rester humble et goûte peu aux projecteurs. C’est au début de cette année qu’il a mis le cap sur la grande île de Madagascar pour intégrer un projet né de la fusion de deux clubs du pays : JET Mada et Kintana. L’objectif affiché par Lova Ramisamanana, le président du club/académie, est de créer une formation d’élite et de capter l’intérêt des recruteurs internationaux.

Le technicien français aura, entre autres, à mettre sur pied des stages pros (une semaine en immersion pour des jeunes) mais aussi de fonctionner en tant que manager général. L'idée était, d’après ses promoteurs, de structurer le club, ses équipes de jeunes (U15, U17), créer une réserve, recruter des éducateurs, sans oublier le volet administratif. Mais l’instance dirigeante de JET Kintana va aussi lui demander d’aider l'entraîneur local.

C’est ainsi que Nicolas Santucci est également devenu l’un des tout premiers responsables de l’encadrement de l'équipe première engagée en D1 locale, dans le groupe Nord. Cependant, l’équipe, qui n’a pu arracher que la troisième place, ne pourra pas participer cette année à la phase des play-offs, réservée aux deux premiers classés des deux groupes. Mais la déception est vite oubliée car l’objectif est de mener une politique sportive inscrite dans la durée. Bref, construire du solide.

En séjour en France pour quelques semaines, Santucci a partagé sa décision d'apprendre la langue malgache et confié son impatience de retrouver prochainement le JET Kintana. «Le prochain objectif du club, c'est aussi de préparer nos meilleurs éléments à rebondir dans des clubs plus huppés, à l'étranger.»