Niry Ravoninahidraibe est née à Antananarivo en 1992. Journaliste culturelle depuis ses vingt et un ans et rapidement reconnue par ses pairs, elle a rédigé un certain nombre de portraits d'artistes. Et cela aura une grande influence sur le style d'écriture de son premier roman intitulé « Beautés insulaires ». Si pour elle l'écriture est une seconde nature, elle s'est découverte une passion pour l'image, en particulier pour le cinéma et la photographie.


Niry Ravoninahidraibe est surtout connue aujourd’hui en tant que critique de cinéma. Elle a été membre du Jury du Prix Critique lors des 14èmes Rencontres du Film Court de Madagascar, du 19 au 27 avril 2019, aux côtés de Mandimby Maharo, Domoina Ratsara, Annick Sedson et Andry Patrick Rakotondrazaka. Elle est également sociétaire de l’ACAM ou Association des critiques cinématographiques de Madagascar, ainsi que de la Fédération Africaine de la critique cinématographique (FACC/AFFC), basée à Dakar.

« Il n'y a rien à attendre, et tout à créer. Comme ils me l'ont appris, (…) : c'est à nous d'écrire l'histoire et de laisser libre cours à notre imagination. Mais quelle perspective plaisante que de se savoir en mesure d'imaginer quelque chose qui n'a jamais été pensé auparavant. Même si cela prend des années pour se perfectionner et se faire un nom, il faut savoir créer sa dimension et lui donner vie. La partager au plus grand nombre et que chacun admette que celle-ci ait une signification. C'est la seule façon de lui donner vie. Parce qu'il ne suffit pas d'exprimer les choses, il faut les soumettre au regard des autres. Nous ne pouvons pas nous passer du regard des autres », a-t-elle partagé à l’occasion de la parution de « Beautés Insulaires ».

Diplômée de l’Institut International de Sciences Sociales, la jeune romancière connaît suffisamment bien le monde des livres. Il y a quelques années, elle était encore la chargée de l'approvisionnement en livres dans les douze magasins de Jumbo Score Madagascar, l’un des plus puissants groupes de grande distribution opérant dans la Grande Ile. Elle s’occupait ainsi de la sélection des types de livres (parascolaire, roman, universitaire etc), de la détermination des quantités et répartition dans les magasins. Sans oublier les animations dans espaces de vente.