Dans le cadre du programme « Madagasikara Madio », quelques 22000 ménages des régions Atsimo Atsinanana et Vatovavy Fitovinany auront la possibilité d’améliorer leurs structures d’hygiène et d’assainissement. La firme japonaise LIXIL, leader dans la fabrication de matériaux et d’équipements de construction, contribue à ce programme à travers un don de 8000 latrines améliorées «SaTo» (Safe Toilet). 

Dans un communiqué de presse, la société a soutenu que cette dotation va grandement améliorer l’usage des latrines pour les ménages ciblés. Il s’agit en effet d’un dispositif à clapet automatique, très hygiénique, facile à nettoyer et à entretenir. Parallèlement à cette dotation, 82 entrepreneurs locaux (44 pour Atsimo Atsinanana et 38 pour Vatovavy Fitovinany) ont été déjà formés, en mai 2021, aux techniques de fabrication de dalles sans plat pour l’utilisation du SaTo ; ils ont également bénéficié d’une formation en management d’entreprise. 

LIXIL a aussi fait savoir que Madagascar sera un pays pilote, dans l’utilisation du SATO, où l’action pour la suppression de la défécation à l’air libre bat son plein. Selon la dernière enquête socio-économique des ménages, au niveau national, 40% de la population pratiquent encore la défécation à l’air libre, 17% utilisent des installations élémentaires, et 23% seulement possèdent des dispositifs de lavage de mains. 

« J'espère que la contribution de la société japonaise LIXIL contribuera à la généralisation de l'habitude de garder les toilettes propres, par la participation et la responsabilité des leurs utilisateurs malgaches, et qu'elle se répandra largement dans tout Madagascar, afin que l'état sanitaire de Madagascar soit continuellement amélioré », a déclaré Higuchi Yoshihiro, Ambassadeur du Japon à Madagascar.

« Cette dotation japonaise va renforcer l’accès aux services durables en assainissement et hygiène et appuyer les communautés lointaines à l’amélioration de leurs latrines. Ce geste du secteur privé démontre que tout le monde peut contribuer à l’amélioration et qu’ensemble on arrivera tous à faire de Madagascar au statut de zéro défécation. Je réitère l’engagement du gouvernement japonais dans l’appui pour un environnement favorable pour les enfants à Madagascar », a pour sa part affirmé Michel Saint-Lot, représentant de l’Unicef Madagascar.