Madagascar ambitionne d’être une nation émergente, forte, solidaire et soucieuse du bien-être de la population. Six ans après son engagement pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030, le gouvernement a indiqué avoir renforcé ses engagements et s’inscrit résolument dans une démarche d’amélioration continue pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). Malgré les chocs et aléas internes et externes, le pays s’inscrit pour la deuxième fois à l’Examen National Volontaire (ENV) des ODD au Forum Politique de Haut Niveau (FPHN).

Selon les responsables, Madagascar a identifié 64 cibles prioritaires sur les 169. Et de souligner que Madagascar reste résolument engagé dans un vaste processus de territorialisation des ODD parce qu’il est important de tenir compte des spécificités de chaque région. Une démarche inclusive et participative au niveau régional a permis de mieux cerner les priorités au niveau local. « Le Gouvernement Malagasy ne ménagera aucun effort dans l’atteinte des ODD d’ici 2030 », a-t-on soutenu.

Il a aussi été rappelé que la Politique Générale de l’Etat pour 2019-2023 est fondée sur 13 engagements, en phase avec les ODD. Dans le domaine de l’environnement, les efforts ont permis des progrès significatifs quoique, hélas, encore insuffisant: accroissement de la superficie reboisée, qui passe à 45.003 ha en 2020 contre 4.739 ha en 2016; accroissement des aires protégées, qui atteint 7.099.000 ha en 2020 contre 7.000.828 ha en 2016. Au niveau social, les engagements pour assurer un accès universel aux services de santé se sont traduits par l’élaboration d’un cadre d’investissement SRMNIA et la promulgation de la loi sur la santé reproductive et le planning familial.





Concernant l’égalité du genre, Madagascar fait partie des groupes de pays où le niveau d’égalité homme-femme est considéré comme élevé. Son Indice de Développement du Genre (IDG 0,952) est largement supérieur à la moyenne des indices dans les pays d’Afrique subsaharienne (IDG 0,894) et dans les pays avec un développement humain faible (IDG 0,861). En matière de lutte contre les violences basées sur le genre, la loi no 2019-008 du 16 janvier 2020 a été promulguée pour renforcer le régime juridique sur la prévention, la poursuite, la répression, la prise en charge et la réparation ainsi que la protection des victimes.

Optimisme économique malgré le choc

Sur le plan économique, la trajectoire de croissance et de développement de Madagascar affiche une tendance haussière au cours des cinq dernières années. Hormis les conséquences du choc de la pandémie de Covid-19 en 2020, la croissance économique devrait progresser de 4% à 8% à l’horizon 2023. Pour ce faire, le gouvernement entend donner plus d’attention au développement par district. Des concertations régionales sont en cours afin de s’attaquer à l’extrême pauvreté et aux inégalités qui rongent les régions éloignées des zones de croissance. « Désormais, aucune des 22 régions de Madagascar ne sera délaissée en marge du développement. En 2030, Madagascar sera au rendez-vous de l’histoire pour juger du bien-fondé de ses efforts », a-t-on indiqué.

Notons que le Comité d’Orientation et de Suivi des ODD est présidé par le Premier ministre Christian Ntsay  sur le leadership revient au Ministre de l’Economie et des Finances qui dirige le Comité Technique. On sait par ailleurs que ce deuxième rapport a été élaboré à travers un dispositif institutionnel multisectoriel, opérationnel depuis 2016, qui promeut une approche inclusive et participative pour ne laisser personne de côté. Et le gouvernement de faire remarquer que cette appropriation nationale des ODD est palpable au plus haut niveau, avec l’intégration des objectifs prioritaires dans les 13 engagements de la Politique Générale de l’Etat et du Plan Emergence de Madagascar (PEM 2020-2024).




Le suivi des indicateurs des cibles priorisés, susceptible de renseigner et de dégager le gap en termes des données statistiques et d’analyse sur la pauvreté, permettra pour sa part de reformuler les politiques publiques et de mettre en place de nouveaux outils pour que Madagascar puisse respecter ses engagements en 2030. Malgré les retards accumulés depuis des années, représentant un risque pour l’atteinte de la majorité des 17 ODD, et compte tenu des ressources limitées de l’Etat, des efforts et réformes entreprises ces derniers temps émergent des progrès.

La Covid-19 ne facilite pas la tâche

Dans son rapport, Madagascar a tenu à souligner que des efforts ont été déployés pour lutter contre la Covid-19, entre autres, l’affectation des fonds à travers les allocations monétaires, le filet de sécurité, la priorisation des personnes vivant avec handicap et les personnes vulnérables. Toutefois, la pandémie a ralenti les efforts de la mise en œuvre des ODD. Sur le plan économique, le PIB a diminué de -4% (ODD 8). Les risques sanitaires (ODD 3) sont réels avec la rareté de la fréquentation des structures sanitaires, entraînant une diminution de la couverture vaccinale, des accouchements assistés par les personnels qualifiés, de l’accès de nombreuses femmes, jeunes filles et adolescentes aux informations et services relatifs à la santé sexuelle et reproductive (ODD 5).




Lors de la première vague de la pandémie, toutes les écoles de Madagascar ont été fermées par décret présidentiel afin de contenir la propagation du virus. Les possibilités de basculer à l’enseignement à distance demeurent difficiles dans la grande partie du pays, en raison de l’accès limité de la population à l’électricité et à l’internet. Selon une enquête récente, moins d’un enfant sur trois vit dans un ménage lié à un réseau électrique, et seulement un enfant sur 10 a accès à Internet. Malgré tout cela, avec les efforts entrepris, globalement plus de la moitié des élèves ont pu passer en classe supérieure à la fin de l’année scolaire 2019-2020.

A l’instar des autres pays, le contexte sanitaire lié à la pandémie a entravé la mise en œuvre du processus ODD et a eu le malheur d’annihiler les progrès amorcés sur différents domaines de développement. A cet effet, des actions accélératrices et correctrices et de renforcement des réformes ont été effectuées, à travers le Plan Multisectoriel d’Urgence et le Plan Marshall.

A savoir que l’appropriation des Objectifs de Développement Durables est effective durant la mise en œuvre et la préparation de l’ENV. Cette appropriation a pris plusieurs formes aussi bien dans sa mise en œuvre que dans la préparation de l’Examen. Dans cette phase, l’appropriation a pris la forme soit, d’une participation directe à la rédaction du rapport, soit d’expression d’opinions recueillies dans différents rapports et exploitées durant l’ENV.

Tel est le cas du Parlement qui a contribué directement à l’Examen en répondant directement à un questionnaire préparé à cet effet. Les réponses étaient collectées sous la supervision directe des hauts responsables au sein du Parlement. Les représentants de la société civile ont aussi participé pleinement aux débats présentiels en plénière et en groupe relatif aux ODD 16 (Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer à tous l’accès à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes) et ODD 17 (partenariat pour la réalisation des objectifs).