Les zones Est et Nord-Est de Madagascar sont celles qui disposent de la plus vaste superficie de forêts humides. Elles abritent différentes espèces de faune et de flore qui assurent un rôle à la fois biologique qu’écologique dont la majorité est endémique de Madagascar. Les forêts humides procurent entre autres l’approvisionnement en eau des régions avoisinantes. Il peut s’agir d’eau potable ou pour l’élevage et la culture, ou encore pour faire tourner les centrales hydroélectriques. Selon les écologistes, les forêts humides sont notre précieuse alliée pour l’atténuation du changement climatique car elles séquestrent une grande quantité de gaz à effet de serre. 

Les forêts humides de l’Est de Madagascar comprennent divers parcs nationaux dont Marojejy, Masoala, Zahamena, Ranomafana, Andringitra et Andohahela. Ces parcs permettent la conservation des espèces contenues dans nos forêts humides. Cependant, les feux, l’exploitation illicite de bois, les activités minières illégales et la chasse des animaux sauvages restent des menaces pour nos forêts humides. 

La Région Analanjirofo dispose de plusieurs forêts humides entre autres à Masoala, Makira, Mananara, Ambatovaky, Zahamena. Ces forêts abritent des richesses naturelles diverses et endémiques de Madagascar voire de la Région Analanjirofo. Les forêts humides occupent un rôle écologique important tels l’approvisionnement en eau, l’absorption des gaz polluants, ou encore la pluie… 

La journée des forêts humides a été célébrée cette année à Maroantsetra et Fenoarivo Atsinanana par le reboisement de 400 arbres autochtones à Anavana, suivi du nettoyage de la plage. Un reboisement de 1000 jeunes plants pour contribuer à la restauration de la forêt de Tampolo a eu lieu également en collaboration avec AGRO/LRA-COKETES, les VOI (groupements des acteurs locaux) et la DREDD Analanjirofo. Les élèves du Lycée Fenerive-Est qui sont rassemblés dans l’association JRC (Junior Reporting Club) ont eu droit à une conférence concernant les bénéfices et la conservation des forêts humides.  

Les spécialistes ne cessent de souligner que les forêts humides abritent une biodiversité inégalée. Cependant, elle est souvent considérée comme un tout à l’évolution uniforme. Une étude de l’impact des changements climatiques passés sur des espèces végétales démontre que, dans un même environnement, celles-ci ont réagi différemment. Cela devrait conduire à envisager différemment la protection des forêts tropicales humides.