La société State Procurement of Madagascar (SPM.SA) vient d’annoncer la nouvelle arrivée au port de Toamasina de 6000 tonnes de riz pour renforcer le stock de 1500 tonnes que la firme publique a pu déjà constituer pour alimenter le marché local dans le cadre du programme Tsena Mora. Ce dernier a été mis en place afin de permettre aux populations, notamment celles catégorisées comme économiquement faible, de s’approvisionner en riz à moindre coût.

C’est le navire MV Jupiter qui a livré au port de Toamasina les 6000 tonnes de riz après un voyage de 13 jours en provenance du port de Kandla, situé dans l'Etat de Gujarat à l'ouest de l'Inde. Selon le MarineTraffic Terrestrial Automatic Identification System, le Jupiter est un general cargo construit en 1997 et navigue sous le pavillon Palaos.  Sa capacité de charge est de 23 484 t DWT et son tirant d'eau actuel estde 9,8 mètres. Sa longueur hors tout (LOA) est de 154,35 mètres et sa largeur est de 26 mètres.
 
Les informations en provenance du service de communication de la SPM font également état d’une nouvelle cargaison de 7500 tonnes de riz attendue vers le début du mois d’août prochain. La société va ainsi pouvoir, dans les prochaines semaines, approvisionner les points de vente sélectionnés à hauteur de 15 000 tonnes. A noter que chaque foyer est autorisé à acheter chaque semaine 5 kilos de riz auprès des épiceries sélectionnées et les Tena Mora des fokontany. 

On remarquera que depuis le mois de janvier de cette année, la SPM a réceptionné au moins trois livraisons de riz. Et selon Solo Andriamanampisoa, le directeur général de la société, le riz importé par la SPM répond à une exigence de qualité conforme aux normes sanitaires, possède une certification de consommabilité de la part du ministère de la Santé publique et l’autorisation de mise en vente du ministère chargé du Commerce. 

Pour rappel, l’importation de riz opérée depuis l’année dernière riz par la SPM s’inscrit dans la stratégie de réponse des autorités face à la hausse de prix des produits de première nécessité sur le marché local. D’après les explications du ministère en charge du Commerce, cette initiative prévue sur le long terme permet de préserver le pouvoir d’achat des ménages et assurer la diversification des produits sur le marché.