Le consortium 2Africa, composé de China Mobile International, Facebook, MTN GlobalConnect, Orange, STC, Telecom Egypt, Vodafone et WIOCC, a annoncé l'ajout de quatre nouvelles branches au câble 2Africa. Dans la sous-région où Madagascar et Maurice sont déjà programmés, ces raccordements étendront la connectivité de 2Africa aux Seychelles et aux îles Comores. 

2Africa est présenté comme le plus grand projet de câble sous-marin au monde, qui fournira un service internet plus rapide et plus fiable à chaque pays où il atterrira. Les communautés qui dépendent d'Internet pour des services allant de l'éducation à la santé, en passant par les affaires, bénéficieront des avantages économiques et sociaux qui découlent de cette connectivité améliorée.

Alcatel Submarine Networks (ASN) a été choisi pour déployer les nouveaux raccordements, ce qui portera le nombre de raccordements de 2Africa à 35 dans 26 pays, ce qui contribuera à renforcer la connectivité vers et autour de l'Afrique. Comme pour les autres points d'atterrissage du câble 2Africa, la capacité sera mise à la disposition des fournisseurs de services dans des centres de données neutres ou des stations d'atterrissage du câble à accès libre sur une base juste et équitable, encourageant et soutenant le développement d'un écosystème Internet sain.

Depuis le lancement du câble 2Africa en mai 2020, le consortium 2Africa a fait des progrès notables dans la planification et la préparation du déploiement du câble, qui devrait être mis en service fin 2023. La plupart des activités d'étude de la route sous-marine sont désormais terminées. ASN a commencé à fabriquer le câble et à construire des répéteurs dans ses usines de Calais et de Greenwich afin de déployer les premiers segments en 2022.

L'un des segments clés de 2Africa, la traversée terrestre de l'Égypte qui relie les sites d'atterrissage de la mer Rouge et de la mer Méditerranée via deux routes terrestres complètement différentes, a été achevé en avance sur le calendrier. Une troisième voie maritime différente viendra compléter ce segment en passant par la mer Rouge.

Notons que Madagascar figure dans la liste des pays concernés par ce grand projet qui prévoit la pose de plus de 37 000 kilomètres de câble au fond de l'océan entre la Grande Bretagne, le Cap de Bonne-Espérance au sud de l'Afrique et qui remontera vers la Méditerranée, en passant par la mer Rouge. Selon ses initiateurs, le projet devrait permettre de faire baisser les prix des échanges de données à l'international, ce qui musclera notamment la compétitivité des entreprise opérant dans l’outsourcing à Madagascar.