Selon les promoteurs du projet E-Gouvernance, l’une des priorités du gouvernement est d’améliorer le climat des affaires et faciliter les investissements. Cela implique la mise en œuvre de réformes légales, réglementaires et procédurales afin d’accélérer les délais de traitement et de faciliter les procédures administratives.

Dans cette optique, une réforme d’envergure a été lancée depuis plusieurs années afin de mettre en place un système d’e-gouvernance qui mènera Madagascar vers la digitalisation de son administration publique. Le Programme de Réforme pour l’Efficacité de l’Administration (PREA) est le fer de lance de cette réforme avec pour mission de développer l’efficacité de l’administration publique malgache. 

Financé par la Banque Mondiale à hauteur de 140 millions de dollars, tous les changements que le programme veut opérer doit systématiquement passer par la refonte de l’état civil afin de mettre en place un système d’identifiant unique. 

Une partie de ces réformes sera menée sous le couvert du Projet de Gouvernance Digitale de l’Identité Malagasy (PRODIGY). Le projet PRODIGY projette d’octroyer aux personnes physiques et morales un numéro d’identifiant unique. La digitalisation permettra à l’État de greffer sur ce numéro toutes les informations concernant l’individu. Ce procédé facilitera la gestion des informations sur les citoyens, mais également d’éviter toute sorte de corruption qui pourrait survenir dans le secteur public. 

À travers l’identifiant unique, la couverture sociale se fera d’une manière plus facile et spontanée. Cela permettrait également d’améliorer le service public au profit des citoyens malgaches, des investisseurs nationaux et étrangers. 

En ce qui concerne la facilitation des investissements, l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM), l’agence de promotion des investissements du Gouvernement Malagasy, affirme qu’elle entame également un virage  numérique pour accompagner les opérateurs économiques.