La société Solarpark, par la voix d’Evariste Akoumian, co-fondateur de l’entreprise qui a lancé en 2016 une marque de sacs scolaires servant de source d’énergie secondaire,  a révélé dans un article publié par l’agence Ecofin que Madagascar fait aujourd’hui partie de son portefeuille. 

Le sac de Solarpark est équipé une plaque solaire extérieure et une batterie dotée d’un port USB à l’intérieur. Le port sert à recharger via câble de nombreux petits appareils, et notamment une lampe LED, grâce à l’énergie emmagasinée en journée. L’écolier peut ensuite se servir de la lampe pour étudier le soir.

C’est à l’occasion d’un déplacement dans les terres intérieures de Côte d’Ivoire, où il a pu constater les difficultés auxquelles font face tous les jours populations, que l’avocat de formation devenu entrepreneur a eu l’idée du Solarpak. Evariste Akoumian soutient avoir écoulé jusque-là près d’un million de sacs dans son pays et à l’étranger, par exemple au Cambodge, en Haïti, à Madagascar, au Congo, en Guinée, au Mali et au Burkina Faso. L’initiative a également été primée à plusieurs reprises.

Son ambition est de varier son offre de sources d’énergie solaire pour soulager diverses couches des populations rurales. Il projette alors de construire une unité industrielle de production, avec un volet formation pour les femmes et les jeunes. Toutefois, il avoue rencontrer quelques difficultés d’ordre financier, l’entreprise fonctionnement jusque-là sur fonds propre.

A Madagascar, comme dans nombre de pays africains, l’électricité reste un luxe inaccessible pour bien des populations rurales. Une situation qui affecte particulièrement les enfants scolarisés, qui ont du mal à étudier une fois la nuit tombée. Mais Evariste Akoumian et ses amis dans l’aventure Solarpak estiment que la tendance peut être inversée.