Reverdir Madagascar fait partie des gros challenges que les autorités sont tenues de relever. A l’ère du changement climatique, les forêts tiennent un rôle fondamental pour assurer une meilleure résilience face aux catastrophes comme la sècheresse et la famine dans le sud.


Selon le Global Forest Watch, Madagascar a perdu plus de 3.600.000 ha de 2001 à 2018 de sa couverture forestière, soit l’équivalent de 21% de réduction depuis l’an 2000. Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable affirme orienter sa stratégie nationale de reboisement vers « le reboisement utile et de proximité » avec un objectif de surfaces à reboiser allant jusqu’à 75 000 ha pour la prochaine campagne de reboisement. Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) appuient cette initiative du ministère par le recrutement de pépiniéristes et la mise en place de plusieurs pépinières notamment dans 5 régions de Madagascar : Analamanga, Anosy, Atsinanana, Androy et Atsimo Andrefana. La commune rurale de Miary, District de Toliary II, avec une population de 13 334 habitants fait partie des localités qui disposent désormais d’une pépinière. « Reverdir notre commune est l’objectif de cette pépinière. A cause du réchauffement, nos plaines sont sèches et arides alors qu’auparavant notre commune était verte et fertile », a affirmé Elise, une jeune pépiniériste de Miary. Mise en place en partenariat avec la Direction Régionale de l’Environnement et du Développement Durable (DREDD) de l’Atsimo Andrefana, la pépinière de Miary est composée d’une vingtaine de plates-bandes de 6 espèces dont le tamarin, l’acacia et le flamboyant. Dans le cadre du projet de multiplication des pépinières, le gouvernement et ses partenaires, dont le Pnud, mènent des actions de sensibilisation des communautés locales sur l’importance des reboisements pour atténuer l’effet du changement climatique. Dans l’ensemble des cinq régions où l’appui à l’amélioration de la capacité de résilience des communautés face au changement climatique est mené, 88 pépiniéristes ont été recrutés pour un total de production d’environ 1 411 000 plants. Jusqu’ici, on recense un taux de réussite de 85% de la culture des jeunes plants couvrant plus de 700ha de surface.