Spotify a décidé de proposer ses services dans 40 autres pays du continent dont Madagascar. Une nouvelle fortement médiatisée à l’occasion d'un événement en ligne intitulé « Stream On ». Le service de streaming musical n’était auparavant disponible que dans 5 pays africains. On a ainsi remarqué qu’un site web dédié à Madagascar (https://www.spotify.com/mg) est maintenant disponible.

« Spotify vous propose des millions de titres et d'épisodes. Que vous soyez au volant, à la salle de sport, en soirée ou en pleine séance de relaxation, vous avez toujours la bonne musique ou le bon podcast à portée de mains. Choisissez ce que vous voulez écouter ou laissez Spotify vous surprendre », soutient la plateforme sur le site.

L’Afrique du Sud, le Maroc, l’Egypte, l’Algérie et la Tunisie ne seront plus les seuls pays qui bénéficient du service de Spotify. Selon les observateurs, ce dernier compte désormais mettre le paquet sur l’Afrique francophone subsaharienne. Si l’Afrique de l’Ouest figure comme une zone prioritaire cible, les pays de l’Afrique Australe et de l’océan Indien sont aussi désormais dans le viseur de Spotify. Alex Norstrom, directeur général de Spotify, estime que ces pays représentent plus d'un milliard de clients potentiels, dont près de la moitié est déjà connectée à Internet. 

Le service de streaming rejoint sur ces territoires plusieurs grands labels de l’industrie musicale comme Universal Music Group qui croient dans le potentiel économique des marchés africains. Par exemple, selon les chiffres de l’Entertainment and Media Outlook Africa du cabinet d'audit PwC, rapportés par l’agence Ecofin,  l’industrie musicale du Nigeria génèrera 44 millions de dollars de revenus en 2023 contre 36 millions de dollars en 2019.

Rappelons que Spotify, qui pèse aujourd’hui plus de 70 milliards de dollars en bourse, a débuté réellement sa conquête de l’Afrique il y a deux ans en commençant par l’Afrique du Sud puis en se tournant vers les pays du Maghreb. Elle est concurrencée sur le continent par les géants du secteur comme Deezer mais aussi par des start-up qui ont choisi d’avoir un ancrage local comme Mdundo qui est déjà active dans une vingtaine de pays africains.