Fondée en 2018 par Marina Rakotondrasoa, Massöva est une structure reconnue par les Nations Unies comme l'une des 50 meilleures entreprises au monde. La jeune société qui opère dans le domaine de la transformation de produits agricoles parie sur une production plus saine, plus équitable et plus respectueux de l’environnement. 

Selon sa fondatrice, Massöva forme et accompagne les producteurs qui peuvent compter sur une débouchée durable et équitable sur le marché des produits traçables et écologiques. L’année dernière, l’entreprise a commencé à travailler avec le projet DEL (Développement  Economique Local) de la GIZ (Coopération allemande), ce qui lui a permis de collaborer avec cinq communes rurales. 

« Le secteur agricole est un secteur porteur mais encore fragile. Les agriculteurs sont confrontés à deux grands problèmes : ils sont assez nombreux pour produire en quantité mais n’arrivent pas à collaborer et à synchroniser leurs activités. Ils ne sont pas assez solides financièrement et techniquement », a expliqué la créatrice de Massöva qui soutient s’impliquer tous les jours au plus près des producteurs rassemblés en coopérative.  

Durant l’état d’urgence sanitaire, les ventes de l’entreprise ont connu une baisse significative. Une mauvaise passe qui n’a pas entamé le moral de sa dirigeante qui a mis à profit cette période pour réfléchir sur la meilleure  façon de produire et d’impacter d’avantage. Elle s’est mise aussi à prospecter de nouveaux partenaires. Ainsi, le nombre des producteurs partenaires est passé de 35 à 75. 

Pour les années à venir Massöva ambitionne de devenir une référence en matière de système alimentaire plus nourrissant, durable, équitable et résilient. C’est dans cette optique qu’elle a lancé le projet d’atelier de cuisine au sein d’un village partenaire, qui a pour objectif de rassembler les petits restaurateurs et les passionnés de cuisines du village.