En tant que pays adhérent au programme ADRIFI (Africa Disaster Risk Financing) au côté de la Mauritanie, la Gambie, le Niger, le Zimbabwe, le Soudan et Mozambique, Madagascar a partagé ses expériences sur la gestion des catastrophes climatiques durant les Side Events de la COP 26 qui se déroule actuellement à Glasgow, en Ecosse.

Victime de cyclones tropicaux tous les ans et aussi de la désertification persistante dans le grand sud, la Grande Île a choisi d’appliquer une stratégie de transfert de risques pour combler le gap au niveau des ressources financières et de développer des mécanismes de protection financière pour renforcer l’assistance et la résilience des populations vulnérables. Une option qui a été expliquée par les responsables lors des Side Events de la COP 26.

Il a aussi été rapporté au cours de cette rencontre qu’à travers la collaboration avec African Risk Capacity et ADRIFI, 112 000 personnes vulnérables ont pu bénéficier des aides alimentaires sur la Grande Ile. Des suppléments alimentaires pour les enfants et les femmes enceintes. 

Partageant toujours ses expériences, le pays a donné des éclairages sur la manière dont le gouvernement a pu fournir de l’eau à 18 communes dans le sud ainsi que des appuis sanitaires. Il a été démontrée outre que la capacité des agriculteurs a été renforcée en termes de résilience au changement climatique. 

A savoir que l’Africa Disaster Risk Financing est un programme multi-bailleurs avec la participation du Royaume Uni à travers le FDCO (Foreign Commonwealth Development Office ) et la Suisse, pour appuyer les pays africains dans la gestion de risques de catastrophes.