Relayant le message du Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme, la représentation des Nations Unies à Madagascar a rappelé que l’égalité « signifie que nous apprécions la diversité et que nous exigeons que tous soient traités sans aucune forme de discrimination ». Et de souligner que le pays a besoin d’un nouveau contrat social. 

Dans cette période où l’espoir de vivre dans l’après Covid-19 est permis, l'implication de tous est essentielle selon les Nations Unies. Pour Natasha Van Rijn, représentant résident du Pnud à Madagascar, un nouveau contrat social, qui exigerait des réponses aux inégalités profondes et aux discriminations structurelles, des réponses qui soient ancrées dans les fondamentaux des droits de l’homme, s’impose.

Ce nouveau contrat social exigerait également un renouvellement des engagements politiques, notamment l’engagement de ne laisser personne de côté dans l’atteinte des objectifs de développement durable, mais aussi la participation de tous ainsi qu’une juste distribution de pouvoir, des ressources et des opportunités.
 
Il a aussi été indiqué que la réduction des inégalités a besoin d’un renforcement du système national de promotion et de protection des droits de l’homme. C’est dans ce cadre que le Système des Nations Unies « travaille avec l’ensemble de la contrepartie nationale ainsi que la société civile », notamment pour « le renforcement des capacités des différents mécanismes de protection des droits de l’homme, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et l’État de Droit (HCDDED) ainsi que la Médiature ». 

Des défis énormes demeurent pour la réalisation des droits de l’homme et notamment pour la réduction des inégalités. Le plan d’action pour l’opérationnalisation des recommandations de l’Évaluation Périodique Universelle (EPU) donne la mesure de ces défis. Citons, entre autres, le maintien du statut A de la CNIDH, l’adoption de la loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme, la rédaction et la soumission des différents rapports initiaux et périodiques sur les droits de l’homme.