Le groupe mauricien qui détient de nombreux intérêts à Madagascar dans des secteurs clés comme la finance et l’industrie textile (Aquarelle, Floréal, Tropic Knits… qui emploient plus de 7000 personnes),  a démontré une bonne résilience depuis l’année dernière et soutient qu’il entame son nouvel exercice comptable (2021/22) avec une certaine assurance malgré un contexte toujours difficile du fait de la pandémie.  


Le bilan du groupe pour le premier trimestre de cet exercice affiche une profitabilité en hausse dans presque toutes les branches d’activités. On a également constaté une baisse sensible des pertes générées par les activités liés au tourisme par rapport à la même période de l’année précédente. Le chiffre d’affaires est monté à Rs 5,9 milliards (137,3 millions USD) pour les 6 premiers mois (jusqu’ au 30 septembre 2021), contre Rs 4,6 milliards pour la même période l’année précédente. Ce qui a produit Rs 191,9 millions profits nets, contre des pertes de Rs 269,5 millions l’année dernière. Le bénéfice net par action a alors été multiplié par trois.

Le patron du groupe, Jean-Pierre Dalais, explique cette embellie par la robustesse du portefeuille d’activités. Selon lui, les indicateurs ont commencé à verdir avec la réouverture des frontières à Maurice depuis le 1er octobre. Toutefois, l’homme d’affaires préfère rester vigilant par rapport à un environnement encore très instable. D’ailleurs, quelques jours après ses propos qui ont suivi la présentation du bilan, le contexte a déjà évolué défavorablement.

A noter en outre que si les activités hôtelières ont été les plus impactées par la pandémie, la dette du groupe a aussi connu une hausse notable du fait de besoins plus importants en fonds de roulement de Ciel Textile et de dépenses d’investissements et financements opérationnels au sein de Sun. Il a ainsi été indiqué que le ratio d’endettement du groupe est de 39,2%, contre 39% au 30 juin dernier.

Pour sa branche textile, le groupe salue une demande soutenue. Le chiffre d’affaires a progressé de 36 % et l’EBITDA de 52 % par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent. La croissance du chiffre d’affaires est de 59 % par rapport au dernier trimestre de l’exercice 2021. La filière finance enregistre aussi une augmentation de 10 % de son chiffre d’affaires et de 17 % de son EBITDA par rapport à la même période. Il a été noté cependant que la performance de la banque BNI Madagascar n’est pas encore optimisée car de nombreux projets ont été retardés dans la Grande Ile.