Max Andonirina Fontaine fait partie de ceux qui prendront la parole à Paris, à l’occasion de la conférence organisée ce 16 décembre par Juniors Pour Madagascar sur le thème « Investir et entreprendre dans les PME à Madagascar ». Une nouvelle opportunité pour ce passionné de développement du monde rural de partager sa passion pour les initiatives qui impactent directement sur le quotidien des paysans.

Aujourd’hui âgé de 25 ans, cet entrepreneur social est le fondateur et dirigeant de Bôndy. Né et ayant grandi à Madagascar, il a quitté son île natale à 17 ans pour poursuivre ses études supérieurs à HEC Montréal en administration des affaires. Cinq ans plus tard, il prend la décision de revenir au pays pour, soutient-il, « avoir un impact concret sur mon pays, notamment pour les populations rurales »

Il lance une première entreprise  de recherche et développement en agriculture à 22 ans, en 2016, avant de mettre Bôndy sur orbite trois ans plus tard. Cette dernière est présentée comme une entreprise sociale de reboisement et de service de consting RSE. Ce passionné de développement rural a représenté son pays au sommet Youth4Climate à Milan et à la COP26 à Glasgow cette année. Et les sollicitations ne manquent pas pour Max Fontaine aussi bien à Madagascar qu’ailleurs.

Notons que cette année, la Fédération des Hôteliers et Restaurateurs de Madagascar (FHORM) a aussi franchi le pas en signant une convention de partenariat avec Bôndy. Un accord qui prévoit la plantation de 1110 arbres dans trois  régions de Madagascar (Analamanga, Atsinanana et Boeny). Selon cette organisation, les difficultés  du court terme ne doivent pas faire oublier les engagements du long terme.

Et Max Fontaine de rappeler que tous les projets de reboisement qui impliquent Bôndy sont animés par une importante volonté d’implication des communautés et de retombées positives pour celles-ci. « Notre modèle s’attaque aux causes profondes de la déforestation tout en renforçant les populations locales »