Dans une situation encore aggravée par l’arrêt des activités de la centrale d’Andekaleka (90 MW de puissance), la compagnie publique d’eau et d’électricité Jirama a dû lancer un énième programme de délestage. En outre, elle a pris langue avec le patronat pour inciter les entreprises, notamment les firmes industrielles, à procéder à un effacement de consommation d’électricité pendant les heures de grande consommation.

Analamanga, qui abrite le plus grand nombre d’entreprises, est la région à laquelle s’adresse en premier lieu la sollicitation de la Jirama  face au manque de puissance disponible. Objectif : diminuer drastiquement la consommation en électricité pour atténuer la fréquence et l’impact des délestages foyers de la capitale. Les plateformes patronales n’ont pas encore réagi suite à cette demande de la Jirama qui veut que, de 17 heures à 22 heures, les entreprises arrêtent ou réduisent leurs activités.

Selon toujours la Jirama, actuellement dirigée à titre intérimaire par Rivo Radanielina, il s’agit cette fois de faire face à une défaillance de puissance disponible de 50 MW en heures de pointe sur l'ensemble du Réseau Interconnecté d'Antananarivo (RIA). Outre l’Analamanga, la compagnie se tourne aussi vers les régions Vakinankaratra, Alaotra Mangoro et Itasy. 

Selon les informations officielles, la centrale hydroélectrique d’Andekaleka a été victime d’un incendie qui aurait provoqué ensuite  une inondation dans la centrale du fait d’un problème de l’une des commandes des équipements. Dans un communiqué, la compagnie a fait savoir que les travaux de dépannage sont en cours depuis lundi mais aucune date d’achèvement de l’opération n’a été fournie.

Selon les dernières nouvelles, 17 containeurs comprenant divers matériels  sont en train d’être acheminés vers le site d’Andekaleka dans le cadre d’un projet de remise en l’état des équipements de la centrale. Un autre lot de matériels devrait également partir avant ce vendredi. Il s’agirait notamment de remplacer le vieux transformateur endommagé.