Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

COOPERATION | Clap de fin pour HP+



Le gouvernement des Etats-Unis a officialisé la fin du projet Health Policy Plus (HP+) à Madagascar après sept années d’activité. Depuis 2016, HP+ a aidé le pays à diminuer les décès maternels et infantiles évitables en veillant à ce que les gens à travers le pays puissent accéder à des soins de santé de qualité et abordables, tout en aidant les gens à répondre à leurs besoins en planification familiale.

Grâce à un financement de 7,6 millions de dollars, HP+ a mené des actions de plaidoyer en faveur de réformes législatives, comme l’adoption en 2018 d’une loi régissant la santé reproductive et la planification familiale. L’activité a également aidé le Ministère de la Santé Publique à élaborer et à mettre en œuvre des politiques visant à renforcer le système de santé, notamment pour améliorer la nutrition.

Dans le monde entier, HP+ renforce et fait progresser les priorités des politiques de santé aux niveaux mondial, national et infranational. Il améliore l’environnement propice à la mise en place de services de santé, de fournitures et de systèmes de prestation équitables et durables par le biais de la conception, de la mise en œuvre et du financement des politiques.

« Grâce au travail de Health Policy Plus, Madagascar a mis en œuvre des stratégies pour renforcer le système de santé national et a mis en place des nouvelles lois, des nouveaux règlements et des nouveaux cadres pour renforcer la santé reproductive et la planification familiale », a déclaré Randy Chester, Directeur Général par Intérim de l’USAID à Madagascar, lors de la cérémonie de clôture de vendredi dernier. 

Les résultats des réformes juridiques et réglementaires ont été palpables selon les initiateurs du projet. En 2019, un an après l’adoption de la loi sur la santé reproductive et la planification familiale, on estime que 100 000 grossesses non désirées, 22 000 avortements à risque et 300 décès maternels ont été évités grâce à l’augmentation de l’utilisation volontaire des méthodes modernes de contraception, par rapport à 2017, selon les données gouvernementales de 2020.

Pour sa part, la Directrice Générale de l’Institut National de Santé Publique et Communautaire (INSPC), Dr Hanitriniala Sahondranirina, a déclaré que le soutien apporté par le gouvernement américain au système de santé malagasy, à travers l’USAID, est passé par de multiples agences, a inculqué un partenariat solide et un partage mutuel de valeurs et de compétences, et a joué un rôle précieux dans le travail du Ministère sur le planning familial, la santé communautaire, l’accès au financement de la santé, la santé maternelle et infantile, ainsi que l’eau et l’assainissement.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.