Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

APPUI A L’INDUSTRIE | Le Système des Nations Unies rassure



Le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à Madagascar Issa Sonogo a rencontré dernièrement le Ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation (MICC), Edgard Razafindravahy. Occasion pour lui de rassurer le gouvernement sur l’appui apporté par le Système des Nations Unies à travers ses agences dans divers projets visant à développer l’écosystème industriel du pays.

« Le Système des Nations Unies se doit d’être au service du public et se met à la disposition du gouvernement », a déclaré Issa Sonogo avant de saluer l’initiative qui a abouti à l’inauguration de la mini-sucrerie d’Antanamifafy. Il a aussi insisté pour la création de chaîne de valeur dans ce genre d’activité. En plus du sucre et de l’alcool, d’autres produits dérivés peuvent en effet être exploités de la canne à sucre, comme les déchets transformables en briquettes pour la cuisson ou en engrais biologiques.

Pour sa part, Edgard Razafindravahy a expliqué au Coordonnateur du Système des Nations Unies à Madagascar que pour faire fonctionner cette unité sucrière et d’autres en cours, il faut une certaine persévérance. Le ministre qui a noté que les unités de Mahatalaky et d’Antanamifafy ont été classées prioritaires par son département. Le membre du gouvernement a aussi profité de cette rencontre pour souligner que les zones pépinières industrielles promues par son ministère est « une version à taille humaine de l’ODOF (One District One Factory) », un lieu de vie où tout est regroupé dans une zone. Pourquoi une pépinière industrielle ? « Parce que l’industrie est quasi inexistante actuellement à Madagascar. Donc il faut revenir à la base, il faut des pépinières industrielles à taille humaine ». 

On sait en outre que l’État, à travers le MICC, a importé 75 petites unités industrielles qui vont arriver à Madagascar sous peu. « A quelque chose, malheur est bon, commente le Coordonnateur du système des Nations Unies. Les pénuries engendrées par la guerre en Ukraine doivent nous pousser à booster la production locale, notamment des biens de consommation courante. Il s’agit d’une opportunité à ne pas rater ». 

Notons, enfin, que le Coordonnateur du Système des Nations Unies a mis l’accent sur la nécessité de dialoguer en permanence et d’orienter les actions pour mieux accompagner le secteur privé. Il a pris l’exemple d’une coopérative à Toamasina qui produit du sucre bio pour le marché européen, mais qui n’arrive pas toujours à s’approvisionner en matières premières. Les paysans préfèrent transformer leurs cannes à sucre en rhum local avec toutes les conséquences que cela engendre sur le plan sanitaire et sécuritaire. 

« La concertation avec le secteur privé figure parmi les grands axes de l’intervention du Système des Nations Unies dans la Grande Ile selon l’explication de son Coordonnateur. Et vous êtes le mieux placé pour comprendre et agir en tant que Ministre de l’industrialisation et aussi en tant qu’opérateur économique », a noté Issa Sanogo. A savoir également que la mise en place d’un fonds de garantie et d’un incubateur pour les projets orientés développement durable ont aussi été évoqués par les deux personnalités.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.