Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

AGRICULTURE ET FORESTERIE | 25% du PIB de Madagascar



Une note que vient de produire la Banque mondiale estime que la production agricole et la foresterie qui, avec la pêche, représentent environ 25% du PIB et 75% de l'emploi à Madagascar.

L’institution de Bretton Woods qui note que ces filières sont ancrées dans les paysages de Madagascar. Elles fournissent une série d'autres services écosystémiques, tels que le maintien et la régulation du débit d'eau pour l'irrigation, la production d'électricité et l'approvisionnement en eau, la limitation des inondations en aval, la rétention des sédiments pour maintenir la fertilité du sol et la réduction de la quantité de sédiments qui s'écoulent dans les centrales hydroélectriques

Cependant, ces paysages se dégradent. La couverture forestière de Madagascar a diminué de 29% de sa superficie en 2000 à 21% en 2020. La dégradation des terres a contribué à une baisse du rendement en eau en réduisant la capacité du paysage à capter et à stocker les précipitations. Le coût économique de la dégradation des terres depuis 2000 est estimé à plus de 6,7 milliards de dollars, soit 1,78% du PIB de Madagascar par an.

Toujours selon la Banque mondiale, l'amélioration de la gestion du paysage pourrait accroître la rétention des sédiments, réduire l'impact des inondations intérieures et améliorer le débit de l'eau afin d'atténuer le changement climatique. Cela augmenterait à la fois la séquestration du carbone et l'efficacité des installations hydroélectriques. Des paysages sains présenteraient des avantages tant pour le développement que pour le climat.

Afin de mettre ses ressources au service de la croissance économique, Madagascar doit mener un certain nombre de réformes, telles que l'intégration de la gestion des paysages dans ses projets de développement rural et d'infrastructure, pour accroître la durabilité des investissements dans les infrastructures. Un projet hydroélectrique qui soutiendrait par exemple les investissements dans la gestion des bassins versant réduirait le flux de sédiments et améliorerait l'écoulement de l'eau vers le réservoir.

A savoir, enfin, qu’à Madagascar, le Projet d’Agriculture Durable par une Approche Paysage, appuyé par la Banque mondiale, a été la première étape sur la voie de la gestion intégrée du paysage. Le projet, également connu sous le nom de PADAP, intègre tous les éléments d'un projet paysager typique : il est multifonctionnel - il vise à améliorer la production alimentaire et la conservation de la biodiversité ou des écosystèmes, ainsi que les moyens de subsistance des populations rurales. Ce projet a jeté les bases de l'intégration de la gestion du paysage dans les projets d'infrastructure du pays.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.