Type Here to Get Search Results !
FLASH
DEVISES

TRANSFORMATION NUMERIQUE | Nouveau projet avec l’IFC



Pour soutenir la transformation numérique à Madagascar et contribuer à la création d'emplois de qualité, l’International Finance Corporation (IFC), filiale de la Banque mondiale, et le ministère malgache du Développement numérique, de la Transformation numérique, de la Poste et des Télécommunications (MNDPT) ont annoncé un partenariat visant à améliorer l'accès à la formation aux compétences informatiques avancées et spécialisées dans le pays, ainsi que la qualité de cette formation.

Dans le cadre de ce partenariat, l'IFC travaillera avec le gouvernement malgache et l'industrie locale pour définir les types de compétences numériques avancées dont le pays a le plus besoin, concevoir le programme d'études et attirer des fournisseurs internationaux de technologies éducatives pour travailler avec les institutions et les universités malgaches locales afin de dispenser la formation.

Le projet vise à former 6 000 personnes, dont des employés du secteur public et du secteur privé, et des jeunes, en deux ans dans des professions informatiques telles que le développement de logiciels, l'architecture en nuage, l'ingénierie des données et la cybersécurité. La formation s'inscrit dans le cadre de l'ambitieux plan de transformation numérique de Madagascar, qui prévoit la numérisation des services publics pour améliorer leur qualité et leur accès. Au moins un quart des personnes formées seront des femmes.

Le projet sera mis en œuvre selon un modèle de collaboration public-privé. L'Institut pour l'avenir de l'éducation du Tec de Monterrey et Mercer, deux leaders mondiaux du développement des compétences et de la formation, superviseront la formation, en veillant à ce qu'elle soit conforme aux normes internationales et aux meilleures pratiques mondiales.

Equiper la jeune population


« Le projet de compétences numériques arrive à point nommé car il permettra de dispenser des formations avancées en informatique afin de renforcer le capital humain à Madagascar et de soutenir la croissance de l'écosystème numérique, " a déclaré Tahina Razafindramalo, ministre du Développement numérique, de la Transformation numérique, des Postes et des Télécommunications de Madagascar. "Le projet s'aligne sur l'engagement du gouvernement à mieux se préparer à l'économie numérique en développant les compétences numériques nécessaires et en modernisant son administration pour améliorer la prestation de services, stimuler la croissance économique et créer des emplois indispensables ».





« Le projet de compétences numériques change la donne à Madagascar car il offre l'occasion d'équiper la jeune population malgache des compétences numériques les plus avancées, telles que le codage de la cybersécurité, qui répondront aux demandes en forte croissance et en évolution du marché du travail, et soutiendront l'activité économique », a déclaré Marcelle Ayo, Responsable Pays IFC pour Madagascar.  "Nous sommes fiers de faire partie de ce projet visant à développer davantage les capacités et les compétences informatiques, et à promouvoir l'innovation dans l'éducation et l'apprentissage tout au long de la vie en tant que catalyseurs essentiels dans le progrès de la croissance économique à Madagascar," a déclaré pour sa part Michael Fung, directeur exécutif de l'Institut pour l'avenir de l'éducation à Tecnológico de Monterrey.

Pour Rupali Gupta, responsable de la transformation et du conseil en talents chez Mercer, à Singapour, son groupe est ravi d'apporter de riches expériences dans les secteurs public et privé qui ont aidé à aligner les compétences numériques sur le marché du travail dans d'autres pays. « Mercer est honoré de participer à la conception d'une initiative de transformation aussi importante à Madagascar, qui a le potentiel d'avoir un impact positif sur la vie et les moyens de subsistance des gens," a déclaré En accélérant la transformation numérique, Madagascar pourrait créer environ 140 000 nouveaux emplois liés aux compétences numériques dans neuf secteurs d'ici 2027, dont l'habillement, l'agroalimentaire et le tourisme, selon une analyse de IFC. 

La même analyse a également révélé que le secteur de l'externalisation des technologies de l'information et du traitement des affaires, qui connaît une croissance rapide à Madagascar devra embaucher environ 7 500 professionnels de l'informatique chaque année au cours des cinq prochaines années.

Plusieurs parties prenantes


IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, est le principal partenaire du projet. C’est la plus grande institution mondiale de développement axée sur le secteur privé dans les marchés émergents. IFC travaille dans plus de 100 pays en utilisant son capital, son expertise et son influence pour créer des marchés et des opportunités dans les pays en développement. Au cours de l'exercice 2022, un montant record de 32,8 milliards de dollars a été engagé par l’IFC en faveur d'entreprises privées et d'institutions financières dans les pays en développement, tirant parti de la puissance du secteur privé pour mettre fin à l'extrême pauvreté et stimuler la prospérité partagée alors que les économies sont aux prises avec les impacts des crises mondiales cumulées. 

Le Projet Prodigy de la Banque mondiale sur la gouvernance numérique apporte aussi son soutien au projet. Lancé en 2020, le Prodigy contribue à moderniser la base de données d'identité nationale de Madagascar, à rationaliser et à numériser les services clés et à améliorer la capacité du gouvernement à fournir des services dans des secteurs clés.

Quant au ministère de tutelle, le MNDPT, il est chargé de mettre en œuvre les projets gouvernementaux de transformation numérique à travers le Programme général de l'État. Ayant pour vocation de développer une économie numérique performante, ce ministère transversal se positionne comme un levier de modernisation de Madagascar. Son rôle est de garantir l'accès aux Nouvelles Technologies de l'Information pour tous mais doit également veiller au respect du cahier des charges des entreprises publiques et privées du secteur des Télécommunications, des Postes et du développement numérique en jouant le rôle de régulateur, de sensibilisateur et de promoteur, à travers les différents organes prévus à cet effet. 





A citer enfin les deux entités du secteur privé impliqué dans le projet. La première est Tecnológico de Monterrey qui est un système universitaire multi-campus privé à but non lucratif qui se distingue mondialement par l'excellence académique, l'innovation dans l'éducation, l'entrepreneuriat et une vision globale, ainsi que par ses interactions approfondies avec l'industrie et les employeurs. Elle compte plus de 67 000 inscriptions au premier cycle et aux cycles suivants et près de 7 000 membres du corps enseignant. Il fait partie de plusieurs réseaux mondiaux. La seconde est Mercer, un groupe qui compte 25 000 employés dans 43 pays. Mercer est une entreprise de Marsh McLennan, leader mondial des services professionnels dans les domaines du risque, de la stratégie et des ressources humaines, réalisant un chiffre d'affaires annuel de plus de 20 milliards de dollars. 
Tags

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires
* Please Don't Spam Here. All the Comments are Reviewed by Admin.